l’avenir est déjà en marche.

Electromobilité smart – L’histoire de 1981 à aujourd’hui.

La smart fortwo a d’emblée été conçue de façon radicalement différente : bien plus qu’une simple voiture, il s’agissait d’un concept de mobilité urbaine à propulsion électrique. Elle était de plus éco-compatible, respectueuse des ressources naturelles, extrêmement personnalisable et financièrement abordable pour tout un chacun. Si l’histoire de l’électromobilité façon smart remonte à loin –

elle trace aussi la voie du futur avec la nouvelle famille de modèles électriques. En effet, tous les modèles smart sont aujourd’hui déclinés en version électrique et prennent ainsi une nouvelle longueur dʼavance sur lʼhistoire.

Lʼillustration représente le modèle spécial.

En savoir plus

Utopie.
 

La qualité serait-elle une question de taille ? L’année 1981 fournit pas moins de deux exemples qui viennent contredire cette thèse. Le Compact Disc est dévoilé au grand public en première mondiale à l’occasion du Salon de la radiodiffusion à Berlin – avec des dimensions nettement plus petites, il offre davantage d’espace pour la musique qu’un 33 tours.

Dans le même temps, Daimler publie le concept automobile « NAFA » (NAhverkehrsFAhrzeug, véhicule de proximité), une citadine extrêmement compacte capable d’offrir beaucoup de place dans un espace réduit et par ailleurs d’apporter une solution aux problèmes de pénurie de places de stationnement et de chaussées totalement saturées. Avec 2,50 m de long et 1,50 m de haut et de large, la « NAFA » offre une forme de pensée nouvelle, dans un format totalement inédit. Une idée qui a su séduire à l’époque tout autant qu’aujourd’hui. Pourquoi n’a-t-elle pas réussi sa transition du département Développement à la route ? La « NAFA » n’était pas conforme aux exigences de sécurité élevées de Mercedes-Benz. Pour les ingénieurs, ce fut une source de motivation qui leur permettra de percer, un peu plus tard, grâce au principe de la monocoque, emprunté à l’univers de la Formule 1 : c’est la naissance de la cellule de sécurité tridion.

1981
NAFA – Histoire de l’électromobilité smart 1981

Transformer l’essai.


Il faut souvent un peu de temps aux innovations avant de parvenir à s’imposer. La vidéophonie, par exemple : en dévoilant le VideoPhone 2500 au grand public en 1992, l’entreprise AT&T doit se rendre à l’évidence : le nombre de personnes prêtes à dépenser 1 599 dollars pour cet objet n’est pas énorme.

La même année, la nouvelle société Micro Compact Car AG, une joint venture entre Daimler-Benz et le fondateur de Swatch, Nicolas Hayek, présente ses premiers prototypes : conçus pour deux, à propulsion électrique, ultra-compacts et ultra-innovants. Aujourd’hui, tous les smartphones sont des VideoPhone. De la même façon, toutes les smart à venir seront-elles des voitures électriques ?

1992
Micro Compact Car – Histoire de l’électromobilité smart 1981

Une question de taille.

 

La construction de la tour Burj al Arab à Dubai marque la naissance de l’hôtel de tous les superlatifs. Dimensions, silhouette, situation en bord de mer, luxe à profusion – rien d’étonnant à ce qu’il ait d’emblée décroché sept étoiles. Le monde n’avait encore jamais rien vu de semblable.

En ce qui concerne le développement de la smart aussi, les résultats ont dépassé les espérances, et pour cause : la même année, Micro Compact Car AG a présenté deux prototypes : l’Eco-Speedster et l’Eco-Sprinter, déjà équipé d’une propulsion électrique.

1994

L’essentiel est de participer.



Les mégalopoles sont en pleine expansion – de plus en plus de personnes vivent dans des espaces de plus en plus réduits. Entre 1976 et 1996, le nombre de mégalopoles est passé de 5 à 14 : une évolution qui posait avec toujours plus d’urgence la question des nouvelles solutions de mobilité.

La réponse est arrivée en 1996, à l’occasion des Jeux olympiques d’été à Atlanta.  Le monde s’est réuni le temps d’un été dans cette ville de taille relativement petite et a découvert pour la première fois le précurseur de la smart EQ fortwo.

1996

La technique au service de Mars et des hommes.


A circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles – des véhicules d’un genre totalement nouveau en quelque sorte. Le véhicule de reconnaissance « Sojourner » qui envoie la sonde spatiale « Pathfinder » sur Mars n’a que peu de points communs avec une voiture. Rien d’étonnant puisque les défis qu’il doit affronter sont d’une tout autre nature.

Les véhicules présentés par Micro Compact Car AG à l’occasion de l’IAA n’avaient eux non plus pas grand chose à voir avec les produits de la concurrence. Les modèles Eco-Sprinter et Eco-Speedster sont clairement conçus dans la perspective d’un usage citadin et sont par conséquent en avance sur leur temps : ils proposent des solutions, alors que d’autres n’en sont encore qu’au stade de l’identification des problèmes.

1997

Tout un monde de couleurs.

L’année 1998 illustre à la perfection le pouvoir des idées audacieuses et innovantes. Auparavant, le design des ordinateurs était aussi excitant que les déclarations d’impôts qu’ils servaient à concevoir. C’est alors qu’Apple fait son entrée en dévoilant son iMac : coloré, attrayant, totalement différent de tout ce que l’on avait pu voir jusque là et résolument axé sur la convivialité.

La même année, la smart fortwo (connue à l’époque sous le nom de « smart City Coupé ») célèbre le lancement de sa commercialisation : colorée, enjouée, différente de tout ce que l’on avait pu voir jusque là et résolument axée sur la convivialité. Deux idées qui démontrent parfaitement ce qu’il est possible d’atteindre en ne considérant pas le statu quo comme un obstacle mais comme un défi.

1998
smart City Coupé – Histoire de l’électromobilité smart 1998

Prêt à décoller.
 

Temps de découvrir de nouveaux horizons : l’Américain Steve Fossett établit un nouveau record mondial en effectuant le plus long vol sans escale en avion – 42 467 km. Mais il n’est pas le seul à mener une réflexion approfondie sur la mobilité. 

La smart fortwo électrique est dévoilée en avant-première à l’occasion du Salon international de l’Automobile de Londres. A l’époque, elle porte d’ailleurs le nom de « smart fortwo ev » – « ev » étant l’abréviation de « electric vehicle ». Forte de ses 30 kW / 41 ch, de son moteur électrique et de sa batterie ZEBRA à haute densité énergétique, la fortwo ev peut, avec une recharge complète de la batterie, enregistrer une autonomie de 110 km et une vitesse maximale de 120 km/h. La batterie est conçue pour résister à au moins 1 000 cycles de charge ou dix ans.

2006

Le top 100.
 

Sur la liste des 100 personnes les plus influentes de l’année 2007 établie par le Times figurait, aux côtés d’habitués populaires et puissants, une personnalité résolument anticonformiste : Lisa Randall, une physicienne de l’Université de Harvard. Avec d’autres physiciens, elle a découvert qu’il existait dans l’univers d’autres dimensions que les trois dimensions connues de tous.

Les 100 testeurs sélectionnés la même année à Londres pour pouvoir conduire l’une des toutes premières smart electric drive en version modèle de leasing occupaient eux aussi une place de choix. En plus d’être exonérés du péage urbain londonien, ces pionniers de l’électromobilité ont été les premiers à goûter à l’avenir de la mobilité. Et ont terminé leur course dans une nouvelle dimension.

2007
Modèle de test à Londres – Histoire de l’électromobilité smart 2007

Le meilleur lancement en série de l’année.
 

2009 fut une année prolifique pour la télévision. De nombreuses série inédites sont développées, tournées puis diffusées. Mais une série en particulier sort du lot : la première diffusion de la série comique « Modern Family » avait permis non seulement à un succès au long terme de percer à l’occasion de toutes les grandes soirées de remise d’awards, mais également à un concept de série innovant de voir le jour : le « documenteur », à mi-chemin entre la série et l’interview.

Pour smart aussi, l’année 2009 fut une année propice à la série : la marque est le premier grand constructeur européen à débuter la production en série d’un véhicule électrique, à l’usine smart de Hambach.

2009
Histoire de l’électromobilité smart 2009 – Production en série à Hambach

smart - un moteur.
 

En 2012, le doute plane quant au sceau d’origine « Made in Germany ». La raison : l’UE envisagerait de ne plus accorder le label de qualité que dans certaines circonstances. La technologie spéciale de certaines entreprises allemandes jouit alors d’une excellente réputation dans le monde entier.

Plutôt que de se lancer dans les débats, Daimler AG met une nouvelle fois en application le label de qualité « Made in Germany » : la nouvelle génération de la smart électrique est propulsée par des batteries lithium-ion ultra-efficientes fournies par ACCUmotive, une filiale de Daimler située à Kamenz, dans le Land de Saxe. Le succès est au rendez-vous. smart occupe durant trois années consécutives la place de leader parmi les constructeurs de véhicules électriques à batterie.

2012
2012 : histoire de l’électromobilité smart – la deuxième génération

Une innovation arrive rarement seule.
 

En 2013, Daimler fait sensation à deux reprises : en présentant la plus grande voiture particulière de la gamme, mais également la plus petite. La Mercedes-Benz S500 Intelligent Drive pose de nouveaux jalons en permettant le premier parcours entièrement automatisé ville/campagne. 100 km : telle est la distance parcourue par la Classe S sans aucune intervention humaine – portion urbaine incluse. L’association de l’élégance et de l’innovation peut prendre différentes formes, comme en témoigne la smart forjeremy, conçue par Jeremy Scott, un dessinateur de mode extravagant ayant un faible pour les ailes. Le show car à propulsion électrique pourvu d’ailes en Teflon mettait une nouvelle fois en scène le thème de l’électromobilité sous une forme totalement inédite. La biplace a même été déclinée en série spéciale, une version légèrement modifiée.
 

« I love it. »

Jeremy Scott
2013
smart forjeremy : histoire de l’électromobilité smart 2013

Aujourd’hui, smart ouvre un tout nouveau chapitre.

 

Les modèles smart fortwo, smart fortwo cabrio et smart forfour à propulsion électrique ont été dévoilés en première mondiale à l’occasion du Salon international de l’Automobile de Paris, à l’automne 2016. smart est ainsi devenu le seul constructeur automobile à proposer toute sa gamme également en version électrique ; la smart fortwo cabrio s’est par ailleurs imposée comme le seul cabriolet électrique au monde.

2016
Une gamme 100 % électrique – Histoire de l’électromobilité smart 2016

L’avenir reste passionnant.

 

Interconnecté et intelligent, le concept de mobilité urbaine smart l’est aujourd’hui devenu à tel point que pour les conducteurs, la conduite ne se limite plus depuis lontemps à tenir le volant : ils peuvent partager leur véhicule grâce à leur smartphone, rechercher des places de stationnement en ligne et piloter certaines fonctions depuis une application. En 2018, les modèles smart electric drive laisseront la place aux modèles smart EQ fortwo et forfour. Découvrez une nouvelle forme améliorée et plus intelligente de la mobilité urbaine.

2018
Intelligence électrique